Search

15 October 2018

BOOK : Philip HELLWEGE, ed., The Past, Present, and Future of Tontines - A Seventeenth Century Financial Product and the Development of Life Insurance [Comparative Studies in the History of Insurance Law] (Berlin: Duncker & Humblot, 2018). ISBN 978-3-428-15615-3, € 119,90



Duncker & Humblot published a new book on the origins, development and decline of the tontine.

ABOUT THE BOOK

A tontine may be described as a pooled life annuity. Investors buy shares, and the issuer promises to pay interest on the raised capital. The characteristic feature of tontines is that the annuities of deceased investors are shared by surviving investors. With the death of the last survivor, the issuer's obligation to pay annuities terminates and the issuer has no obligation to pay the raised capital back. Investors may use a tontine as a pension product and the issuer may use it as a means to raise capital. It is generally believed that the Italian Lorenzo Tonti (1602–1684) invented tontines and that he proposed them to Cardinal Mazarin (1602–1661) in 1653.

The different authors analyse the origins of tontines, their diverse developments and careers in selected countries, their importance for the development of insurance (law), their decline in the late 19th and early 20th century and their potential as a pension product of the future.

ABOUT THE EDITOR

Prof. Dr. Phillip Hellwege M.Jur. (Oxford) ist seit 2010 Inhaber des Lehrstuhls für Bürgerliches Recht, Wirtschaftsrecht und Rechtsgeschichte an der Universität Augsburg. Zuvor war er von 2003 bis 2010 wissenschaftlicher Referent am Max-Planck-Institut für ausländisches und internationales Privatrecht in Hamburg. 2015 erhielt er einen Consolidator Grant des European Research Council (ERC) für ein auf fünf Jahre angelegtes Projekt zur vergleichenden Geschichte des Versicherungsrechts in Europa. Seine Forschungsschwerpunkte liegen im Bürgerlichen Recht, im Europäischen Privatrecht, in der Historischen Rechtsvergleichung sowie in der Geschichte des Wirtschaftsrechts und des Versicherungsrechts.

TABLE OF CONTENTS

Phillip Hellwege
Introduction
1. The Framework for the Development of Tontines
Christian Rietsch and Georges Gallais-Hamonno
Lorenzo Tonti
Georges Gallais-Hamonno and Christian Rietsch
Financial Engineering in the 17th and 18th Centuries – Tontines in England, France, and Ireland
Robin Pearson
The Socio-Economic Setting for Developing Tontines from the 17th to the 19th Centuries
2. A Comparative Legal History of Tontines
Sophie Delbrel
Tontines in France from the Ancien Régime to the Third Republic
Boudewijn Sirks
Tontines in the Dutch Republic and the Early Kingdom (1670–1869)
John MacLeod
Tontines in England and Scotland
Martin Sunnqvist
Tontines in Scandinavia
Phillip Hellwege
Tontines in German-Speaking Territories
Kent McKeever
Tontines in Portugal – Nicholas Bourey's Paleo-Tontine of 1641
Maura Fortunati
Tontines in Italy
Rafael Illescas
Tontines in Spain
Kent McKeever
The Evolution of the Tontine in North America
Marcelo Nasser
Tontines in Latin America
Jan Halberda
Tontines in Poland
Balázs Tőkey
Tontines in Hungary
Tamara Korchagina
The Russian Experience with Tontine Insurance
3. The Present and Future of Tontines
Moshe A. Milevsky
What Can Tontine Design of the Future Learn from Its Past?
Jan-Hendrik Weinert
Tontines in Europe Today
Jonathan Barry Forman and Michael J. Sabin
Tontines in the Western World Today
Salvatore Mancuso
Tontines and other Forms of Rotating Credit Associations in Africa
4. Comparative Analyses
Jerònia Pons Pons
A Comparative Analysis from the Perspective of Economic History
Phillip Hellwege
A Comparative Analysis from the Perspective of Legal History

More information here

12 October 2018

CALL FOR PAPERS: The rule of law and international law in historical perspective (IGHIL Event, ESIL Research Forum Göttingen, 4-5 APR 2019); DEADLINE 30 NOV 2018


(image source: ESIL)

The question of how to settle and enforce norms in the international sphere without a central authority has been a key debate in international law for centuries. While the gradual extension of an international order supported by multilateral treaties and courts was seen as a natural and logical development of international society in the decades following the end of the Cold War, the recent challenges to the very idea of a rules-based international order call for fresh perspectives on the idea and development of the rule of law in the international sphere. How did the concept emerge, how did it evolve over time, and how different is its history in the domestic and the international context?
Moreover, the Rule of Law can be envisaged under a double perspective. On the one hand, it expresses a philosophical and theoretical construct, whose intellectual genealogy conforms to that of the development of international legal thinking over time and in several legal cultures. On the other hand, the rule of law can be used instrumentally as an ideological discourse to legitimate far more basic political instincts and interest. Its invocation is not always conformable to actual legal practice. The Interest Group especially welcomes papers addressing the complex articulation of these two strands in historical cases, illustrated through primary source-research.


Possible topics might include:
·         How have international institutions responded to previous challenges of the very idea of the rule of law in international affairs?
·         How has the extent to which a state respects the rule of law in the domestic sphere influenced their behavior within the international community?
·         Has the meaning of the term ‘rule of law’ changed over time, and is it a universal concept? Does it have different connotations in the natural law or the positivist tradition? How have regional attempts to establish the rule of law influenced the international level?
·         When did we begin to have the ambition to regulate and enforce matters at a global level? How has the creation and enforcement of rules changed since the UN system was set up after the Second World War?
·         What was the impact of the rise of arbitration and international courts? Were they the consequence of a growing belief in the rule of law or drivers of this development?
·         How effective has the rule of law been in defining and protecting global commons (e.g. the success or failure of legal efforts to protect the environment)?
·         Has the ‘rule of law’ evolved differently in different policy areas such trade and investment law, communications or the laws of war?
Abstracts must be submitted no later than 30 November 2018 to esilighil@gmail.com on behalf of the Steering Committee of the Interest Group, which shall collectively supervise the blind peer-review process. All those who take part in the ESIL Research Forum, at an Interest Group event and/or in the main Forum, are expected to be ESIL members at the time of their participation. Selected speakers will be expected to bear the costs of their own travel and accommodation. Some ESIL travel grants will be available to offer partial financial support to speakers who have exhausted other potential sources of funding. Please see the ESIL website (www.esil-sedi.eu) for information about travel grants offered to ESIL members and other relevant information about the Research Forum.


(source: ESILHIL Blog)

BOOK: Michel HÉBERT, La voix du peuple - Une histoire des asemblées au Moyen Age (Paris: Librairie LGDJ, 2018). ISBN 978-2-13-073611-0, € 22.00


(Source: PUF)

Librairie LGDJ has published a new book on people’s assemblies in the Middle Ages.

ABOUT THE BOOK

Le peuple a bon dos. Parler en son nom est un idéal politique aussi répandu que galvaudé. C'est le fondement même de la démocratie occidentale, mais aussi la source de tous les populismes. Porter la parole du peuple, c'est se l'approprier et, dans le champ du politique, le faire exister. Le problème non encore résolu de la figuration du peuple est d'abord et avant tout un problème de représentation, puisque ce peuple ne peut exister comme sujet politique qu'à travers ce processus.

Aux derniers siècles du Moyen Âge, l'Europe occidentale chrétienne voit le développement d'assemblées territoriales qui, sous diverses dénominations (parlements, états généraux, cortes ou diètes), sont le lieu d'expérimentation d'une représentation politique constitutive de l'Etat moderne, lointain ancêtre des régimes démocratiques contemporains. Cette représentation met en place des instances médiatrices entre des sociétés politiques en pleine émergence et des princes dont la souveraineté n'a encore rien d'absolu. Le présent ouvrage s'intéresse à la fois aux idées des théologiens, des philosophes ou des juristes, et aux pratiques de ces assemblées qui investissent les peuples d'une autorité nouvelle.

ABOUT THE AUTHOR

Professeur émérite à l'université du Québec à Montréal, Michel Hébert est membre de l'Académie des arts, lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada. Il est notamment l'auteur de Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge (De Boccard, 2014), premier prix Gobert de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

More information here

BOOK: Edward Bartlett RUGEMER, Slave Law and the Politics of Resistance in the Early Atlantic World (Cambridge: Harvard University Press, 2018). ISBN 9780674982994, €36.00

(Source: HUP)

Harvard University Press is publishing a book of comparative history on two-hundred years of slave law and resistance in the Early Atlantic World.

ABOUT THE BOOK

The success of the English colony of Barbados in the seventeenth century, with its lucrative sugar plantations and enslaved African labor, spawned the slave societies of Jamaica in the western Caribbean and South Carolina on the American mainland. These became the most prosperous slave economies in the Anglo-American Atlantic, despite the rise of enlightened ideas of liberty and human dignity. Slave Law and the Politics of Resistance in the Early Atlantic World reveals the political dynamic between slave resistance and slaveholders’ power that marked the evolution of these societies. Edward Rugemer shows how this struggle led to the abolition of slavery through a law of British Parliament in one case and through violent civil war in the other.

In both Jamaica and South Carolina, a draconian system of laws and enforcement allowed slave masters to maintain control over the people they enslaved, despite resistance and recurrent slave revolts. Brutal punishments, patrols, imprisonment, and state-sponsored slave catchers formed an almost impenetrable net of power. Yet slave resistance persisted, aided and abetted by rising abolitionist sentiment and activity in the Anglo-American world. In South Carolina, slaveholders exploited newly formed levers of federal power to deflect calls for abolition and to expand slavery in the young republic. In Jamaica, by contrast, whites fought a losing political battle against Caribbean rebels and British abolitionists who acted through Parliament.

Rugemer’s comparative history spanning two hundred years of slave law and political resistance illuminates the evolution and ultimate collapse of slave societies in the Atlantic World.

ABOUT THE AUTHOR

Edward B. Rugemer is Associate Professor of History and African American Studies at Yale University.

TABLE OF CONTENTS

Prologue: At the Heart of Slavery
1. England’s First Slave Society, Barbados
2. Animate Capital
3. The Domestication of Slavery in South Carolina
4. The Militarization of Slavery in Jamaica
5. The Transformation of Slavery’s Politics
6. The Slaveholders Retrench
7. The Political Significance of Slave Resistance
Notes
Acknowledgments
Index

More information here

COLLOQIUM : Journée d’études d’histoire du droit et des institutions (Dijon, 14 November 2018)


(Source: MSHDB)

Via Hi-D, we learned that the Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands is organising a journée d’études on November 14.  

Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, Journée d’études d’histoire du droit et des institutions, Dijon, 14 novembre 2018 (Faculté de droit, 3e étage, salle 319 Georges-Chevrier)

9 h 30. – Laura Viaut (U. Limoges), Des « orfèvres du droit »… Les professionnels de l’écrit et leur usage des notes tironiennes d’après les manuscrits juridiques carolingiens.
10 h. – David Bardey (U. Bourgogne), Un compte d’hôtel de la reine de France et du duc de Bourgogne en 1358. Approche documentaire d’une pratique comptable.
10 h 30. – Anne Peroz (U. Lausanne), Le duel judiciaire et sa répression en Suisse romande.
11 h. – Marco In ‘t Veld (Vrije Universiteit Brussel). – Mercantile Juridiction in Lyon and Amsterdam (1700-1730). A Comparison.
11 h 30. – Jean-Édouard Poux (U. Lorraine), L’avocat bourguignon Truchon ou les pérégrinations d’un avocat de province dans la République des lettres (1741-1801).
12 h. – Jérôme Henning (U. Aix-Marseille), La responsabilité des ministres d’après les cahiers de doléances de 1789.
13 h 50. – Rossbef Perkins Dandjio (U. Lorraine), L’épuration des juges dans le ressort de la cour d’appel de Metz (1807-1808) [résumé de la communication].
14 h. – Laila Scheuch (U. Münster), « Malgré tous les moyens possibles de médiation … ». Practices of Marital Conflict Regulation around 1800 : The assemblées de famille from a Transcultural Perspective.
14 h 30. – Georges Vayrou (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Eva dort ». Quand la réalité dépasse la fiction, ou les avatars du droit international au lendemain de la Grande Guerre.
15 h. – Catherine Lecomte (U. Versailles), La protection des biens culturels en temps d’occupation.
15 h 30. Sébastien Evrard (U. Lorraine), La législation du livre indisponible (2012) et les matières juridiques. Émergence et déclin d’un modèle de l’édition.
16 h. – Michel Petitjean (U. Bourgogne), La solidarité familiale dans les contrats de mariage bourguignons des XIVe et XVe siècles.
16 h 45. – Hommage à Georges Chevrier, par Jean Bart et Michel Petitjean.
17 h 15. – Assemblée générale de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands.

More information here

 (Source: Hi-D)

CALL FOR PAPERS : Cahiers Jean Moulin - Le quotidien et le droit (DEADLINE : 1 March 2019)


We learned of a Call for Papers by Cahiers Jean Moulin. Here the Call: 


Le choix du « quotidien » comme thème du dossier du numéro 5 des Cahiers Jean Moulin peut paraître surprenant, de la part d’une revue juridique. Non seulement, le terme ne relève pas du vocabulaire des juristes, mais ce qu’il désigne semble échapper à l’empire du droit. Le quotidien renvoie à ce qui se répète tous les jours et par-là est habituel ou familier (selon les sens du terme latin quotidianus) ; le comportement quotidien s’inscrit dans la moyenne, loin de toute exceptionnalité. À l’inverse, si l’on met à part le cas des juristes formés au droit, le rapport des individus à cette technique relève le plus souvent d’un événement exceptionnel : il ne se manifeste véritablement que lors de moments inhabituels, ou du moins peu fréquents de la vie ordinaire (conclusion d’un bail d’habitation, achat d’un logement, procès avec un voisin). Le procès pénal même, représentation peut-être la plus diffusée et la plus médiatisée de ce qu’est le droit, tranche, par son caractère rituel, son déroulement, la façon qu’on y a de s’exprimer, avec ce qui forme la vie quotidienne de la plupart des individus. Ainsi le quotidien ne serait-il pas concerné par le droit ou n’interviendrait-il qu’en marge du droit, parce que, dans sa vie quotidienne, l’individu ne se rend pas compte des rapports juridiques et vit le recours au procès comme un événement exceptionnel [1]. En ce sens, le droit vient rompre la vie ordinaire et fait entrer l’individu dans le domaine de l’imprévisible ou de l’incertitude. Le juriste n’aurait guère de raisons de s’y intéresser non plus, puisqu’il n’y aurait rien à apprendre pour le droit de pratiques qui n’ont pas besoin de lui et se déroulent en marge de lui.

Le rejet du quotidien hors de l’investigation scientifique a longtemps concerné la plupart des champs du savoir. Assimilé à la répétition routinière, le quotidien manque du soubassement idéologique ou du prestige théorique suffisants pour arrêter le philosophe, plus occupé à scruter le monde des idées que l’espace matériel qui l’entoure. Pourtant, la philosophie, depuis au moins la phénoménologie husserlienne, s’est emparée de la question du quotidien. Le développement des sciences humaines à partir du xixe siècle, et en particulier de la sociologie, s’est faite de son côté par le rejet de la métaphysique au profit de l’étude « mondaine » de ce qui nous entoure, non sans conséquences sur la science juridique elle-même : l’étude du droit comme fait social chez Duguit ou la notion de droit social théorisée par Gurvitch en sont des illustrations. Dans cette perspective nouvelle, le quotidien ne se réduit pas à des pratiques routinières faites machinalement, et en cela insignifiantes, mais consiste en un processus continu d’appropriations et de réutilisations en partie imprévisibles, qui témoignent de la capacité inventive des individus (Certeau, 1990) et de « l’extraordinaire de l’ordinaire » (Macherey, 2005).


L’analyse qu’É. Balibar fournit de la « quotidianisation » du charisme chez Max Weber offre à cet égard des pistes pour l’étude du quotidien dans le droit (Balibar, 2004). La « quotidianisation » ou l’expression « inscription dans la réalité quotidienne » sont préférées au terme de routinisation (utilisé habituellement depuis la traduction française ancienne de Weber, 1995, p. 326 sq.) pour traduire la Veralltäglichung (dérivant d’alltäglich, quotidien) ; cette traduction ôte l’aspect péjoratif du terme routinisation, que le propos de Weber ne contient pas. La notion de quotidien (alltäglich) renvoie néanmoins à tout un système de valeurs, et plus précisément de valeurs d’obéissance fondant, pour Weber, un mode de légitimation de l’exercice du pouvoir. Parmi les trois formes de légitimité qu’il identifie, la légitimité charismatique rompt nettement avec le quotidien, qu’il s’exprime de manière ancienne sous la forme de la domination traditionnelle, ou sous la forme moderne et plus ambiguë de la domination légale : les processus réguliers, relativement prévisibles (soit parce qu’il s’agit de répéter le passé, soit parce qu’il s’agit de suivre des règles toujours plus ou moins identiques), de ces deux modes d’exercice du pouvoir sont subvertis par la dimension nettement révolutionnaire du charisme individuel. La « quotidianisation » du charisme correspond alors à la continuation sous d’autres formes de la légitimité initialement fondée sur le lien charismatique (résultant du rapport direct entre le chef ou le leader et ceux qui lui obéissent) ; le charisme entre dans la réalité quotidienne en se rapprochant des formes de légitimité traditionnelle ou légale-rationnelle. Dans l’analyse qu’É. Balibar propose de Weber, tout processus révolutionnaire passe ainsi nécessairement par une phase charismatique et par une phase de quotidianisation.

Ce faisant, le quotidien renvoie non seulement à ce qui est ordinaire, mais à ce qui constitue un modèle de comportement, une règle ou une régularité. On trouve dans le quotidien la même ambiguïté que dans le champ lexical de la normalité. Le normal est à la fois un fait (ce qui se fait couramment, en moyenne) et une valeur (ce qui est préférable). Si le droit est un ensemble de normes et définit ce qui est conforme à la norme, alors le quotidien, entendu comme ce qui n’est pas exceptionnel, se répète et ne choque pas les habitudes, entretient un lien beaucoup plus direct que celui suggéré plus haut avec le droit, et se trouve même en partie déterminé par le système juridique. Le quotidien est une pratique perçue comme normale, mais qui dépend elle-même souvent de la représentation véhiculée par le système juridique.

Cela suppose d’élargir le regard sur les différents usages du droit : l’usage « répressif » (au sens large), le plus communément associé au droit, est sans doute dominant, mais ne doit pas occulter l’usage persuasif et pédagogique par lequel le droit contribue à former une représentation normalisée du monde, notamment par sa fonction de nomination (Lochak, 1983). Le droit crée et impose des catégories de langage qui instituent la représentation commune du monde social (Bourdieu, 2001), jouant, au-delà de la simple question du respect des règles, un rôle plus diffus pour peser sur l’univers quotidien des individus. Mentionnons simplement à titre d’exemple le rôle que le droit a pu jouer pour déterminer la structure de l’espace vécu à partir de catégories administratives, ainsi lors de l’invention des départements au moment de la Révolution française (Ozouf-Marignier, 1989).


Cette fonction attribuée au droit témoigne d’une double rupture historique au seuil de la modernité, qui a un rapport direct avec le quotidien. La première est interne à la pensée juridique. Le développement des courants juridiques contemporains, positivisme, normativisme ou encore décisionnisme, témoignent que le droit est conçu comme un outil fixant des normes de comportement aux individus, qui peuvent donc entraîner des effets sur leur vie quotidienne. La conception du droit naturel dominant précédemment prétendait à l’inverse faire du droit (au moins dans sa version idéale) le simple constat de relations objectives.

La deuxième rupture porte plus généralement sur l’opérabilité du droit. Les analyses proposées sur le droit romain antique par Y. Thomas en font un ensemble de techniques et de procédures internes, destinées avant tout à produire du droit ; les procédures ont dans le droit même leur propre fin, sans visée d’emprise sociale (Pottage, 2014). La perspective moderne tend au contraire à faire du droit un outil normatif destiné à indiquer, produire et renforcer le comportement jugé adéquat juridiquement. À partir du xviiie siècle, cette conception donne à l’État, et plus particulièrement à la loi étatique, un rôle décisif pour intervenir sur la société et sur le comportement individuel. Investie d’une légitimité politique importante en tant qu’émanation de la volonté générale, la loi est devenue le support d’un projet de rationalisation et d’intervention dans la société (Baranger, 2018). Le droit doit dès lors assurer le bien-être des sujets, jusque dans les moindres gestes des individus. La vie est touchée dans son quotidien même. Ce projet de transformation de la société, a été particulièrement pris en charge, dans le cas français, par l’État, qui devient « instituteur du social » (Rosanvallon, 1990).

L’analyse de ce processus n’est cependant pas sans questions. La première tient à sa consistance juridique. M. Foucault a pu caractériser la modernité par le modèle disciplinaire, fait d’action continu sur les corps, dans les mouvements les plus ordinaires de la vie physique (Foucault, 1975), avant d’en faire un idéal-type opposé au modèle de la loi : là où la discipline opère de façon continue et rapprochée, la loi opère de façon plus lointaine et ponctuelle, lors des procès (Foucault, 2009, p. 10-13). La règle juridique, lorsqu’elle prétend intervenir dans la pratique la plus quotidienne des individus, s’appuie sur des savoirs et des données qui sont élaborées en dehors du droit et fournies par d’autres champs de savoir (médical, statistique, économique, etc.). Mais conserve-t-elle alors son statut et sa spécificité de norme juridique ?

La seconde question tient aux destinataires des normes juridiques. Faire du droit un outil de transformation sociale suppose que la règle soit respectée, donc effective. Cela renvoie à une autre problématique : celle de l’accès au droit pour ceux qui n’ont pas de connaissance juridique, afin de le comprendre ou de le respecter. La diffusion du droit renvoie dans les régimes démocratiques à un impératif politique : celui de diffuser la connaissance d’une règle censée avoir un fondement populaire ; elle tient aussi à l’impératif pratique d’en assurer le respect. Ainsi s’observe à l’époque contemporaine la multiplication des supports de diffusion du droit souvent sous une forme simplifiée [2] : au-delà de l’enseignement universitaire, délivré à ceux qui se préparent à une profession juridique, le développement de publications à destination des « profanes », revues ou manuels simplifiés, et la diffusion du droit pratique montrent le souci d’élargir la connaissance du droit à l’ensemble de la société (Guerlain & Hakim, à paraître). Le rapport entre le quotidien et le droit ne peut ainsi faire l’impasse sur le clivage qui existe entre les juristes professionnels (enseignants, juges ou praticiens) et les « profanes », individus sans formation juridique spécialisée. Il doit aussi s’attacher à la représentation que les individus, dans leur vie quotidienne, peuvent se faire du droit : les études, menées en particulier aux États-Unis, autour de la legal consciousness, de la conscience que les individus ordinaires ont du droit, soulignent le rapport différencié au droit selon les situations de la vie quotidienne et les différents effets de pouvoir qui en découlent (Pélisse, 2005 ; Ewick & Silbey, 1998 ; Kearns & Sarat, 1993).


Cette intervention du droit, et plus particulièrement de la loi étatique, dans la vie quotidienne des individus, ne va pas sans résistances. Celle-ci peut passer par un retournement de l’outil juridique utilisé par les profanes dans le but d’obtenir gain de cause. Le mouvement du cause lawyering aux États-Unis témoigne de l’intérêt pour les mobilisations militantes du droit dans des situations très concrètes, par l’intermédiaire en particulier des avocats (Israël, 2001), ce qui transpose d’une certaine manière sur le plan du droit la dimension inventive du quotidien, mais interroge aussi les contacts qui peuvent s’établir entre profanes et professionnels.

Mais la contestation peut se faire plus globale, contre l’emprise d’un droit étatique accusé de détruire les pratiques spontanées des individus. Le droit coutumier a ainsi été valorisé par certains courants juridiques comme l’expression de règles émanant des pratiques mêmes de la société, et non d’une volonté abstraite. Dans la conception romantique de la coutume, la pratique quotidienne (habituelle et répétée) devient ainsi une source normative valorisée, qui s’oppose à l’abstraction de la loi ou du code. La tradition marxiste, à la suite des articles de Marx sur le vol de bois, s’est également intéressée à la façon dont le droit étatique, considéré comme bourgeois, a fait l’objet de contestations destinées à affirmer la légitimité des coutumes populaires (Marx, 2013 [1842] ; Thompson, 2014 [1975]). Au xxe siècle, contestant le normativisme ou le positivisme étatique, le courant du pluralisme juridique a défendu, dans la théorie juridique, l’existence d’une pluralité d’ordres juridiques et la capacité d’auto-organisation et d’auto-régulation des sociétés sans la médiation de l’État. Il s’est agi de ne pas voir du droit que dans les productions de l’État, mais aussi (et surtout) dans la vie quotidienne, qui produit des normes, même non cohérentes, peu systématiques et peu structurées. Cette perspective, s’opposant au volontarisme juridique de la modernité, dissout l’idée même de « projet juridique » par lequel on prétendrait réguler la vie des gens et remet en cause la prééminence de l’État (Hespanha, 1997), souvent par la valorisation des situations historiques prémodernes de pluralisme (Grossi, 1995). Le savoir juridique redevient un mécanisme prudentiel d’observation de phénomènes extérieurs à lui, par le biais notamment du procès casuistique, et non un projet de régulation des comportements. Dans cette perspective, les mécanismes de discipline les plus efficaces se situent à un échelon très rapproché, formant un véritable droit du quotidien.

On le voit, les pistes ouvertes par la question du quotidien sont nombreuses et interrogent au premier chef l’inscription du phénomène juridique dans la société. Les articles proposés pourront procéder d’une analyse du droit positif comme de l’histoire du droit, à partir d’un point de vue juridique, sociologique ou de science politique. Les articles pourront porter sur des études de cas, mais aussi concerner des approches plus théoriques sur le lien que le quotidien entretient avec le droit. Ils peuvent s’inscrire dans les thèmes suggérés par l’appel à communication ou explorer d’autres objets pertinents pour la compréhension du rapport entre quotidien ou vie quotidienne et droit.

La date limite pour l’envoi des propositions est le 1er mars 2019.

BIBLIOGRAPHIE
É. Balibar, 2004, « La “quotidianisation du charisme” selon Max Weber », intervention le 3 novembre 2004 à l’université Lille 3. URL : https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/165/files/2017/09/03-11-2004_Balibar.pdf.
D. Baranger, 2018, Penser la loi. Essai sur le législateur des temps modernes, Paris, Gallimard.
P. Bourdieu, 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, « Points ».
M. de Certeau, 1990 [1980], L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.
P. Ewick & S. S. Silbey, 1998, The common place of law: Stories from everyday life, University of Chicago Press.
M. Foucault, 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.
M. Foucault, 2009, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil.
M. Galanter, 1974, « Why the “Haves” Come out Ahead: Speculations on the Limits of Legal Change », Law & Society Review, vol. 9-1, p. 95-160.
A. M. Hespanha, 1997, « Le droit du quotidien », 19e conférence Marc-Bloch. URL : www.ehess.fr/sites/default/files/pagedebase/fichiers/antonio_manuel_hespanha.pdf.
L. Israël, 2001, « Usages militants du droit dans l'arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et société, n° 49, p. 793-824.
O. Lenel, 1889, Palingenesia Iuris Ciuilis, Leipzig, 2 vol.
P. Grossi, 1995, L’Ordine giuridico medievale, Bari-Rome, Laterza.
L. Guerlain & N. Hakim, à paraître, Le sacré et le profane : les littératures populaires du droit, Paris, Lextenso.
L. Guerlain & N. Hakim, à paraître, « Acquiring legal literacy: popular legal literature in 19th century France », in M. Korpiola (dir.),Learning law by doing. Exploring legal literacy in premodern societies, New York, Palgrave Macmillan.
T. R. Kearns & A. Sarat (dir.), 1993, Law in everyday life, Ann Arbor, University of Michigan Press.
D. Lochak, 1983, « Droit, normalité et normalisation », in CURAPP, Le Droit en procès, Paris, PUF, p. 51-77.
P. Macherey, 2005, « Le quotidien, objet philosophique ? », Articulo - Journal of Urban Research. URL : http://journals.openedition.org/articulo/871 ; DOI : 10.4000/articulo.871.
K. Marx, 2013 [1842], La loi sur le vol de bois, Sainte-Marguerite-sur-Mer, Édition des Équateurs.
H. Moutouh, 2003, « Pluralisme juridique », in D. Alland & S. Rials, Dictionnaire de la culture juridique, Paris, PUF, p. 1159-1162.
M.-V. Ozouf-Marignier, 1989, La Formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du xviiie siècle, Paris, EHESS.
J. Pélisse, 2005, « A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies », Genèses, no 59-2, p. 114-130 ; DOI : 10.3917/gen.059.0114.
A. Pottage, 2014, « Law after Anthropology: Object and Technique in Roman Law », Theory, Culture & Society, vol. 31 (2/3), p. 147-166. DOI: 10.1177/0263276413502239.
P. Rosanvallon, 1990, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil.
E. P. Thompson, 2014 [1975], La guerre des forêts. Luttes sociales dans l'Angleterre du xviiie siècle, trad. Chr. Jaquet, Paris, La Découverte.
M. Weber, 1995, Économie et société. 1. Les catégories de la société, trad. J. Freund et alii,Paris, Pocket.


[1] Sur la différence entre les one-shotters (individus ne recourant qu’une seule fois ou rarement au procès au cours de leur existence) et les repeat-players (cas notamment des grandes entreprises ou des acteurs institutionnels habitués aux procès), Galanter, 1974.
[2] Gaius a composé au iie siècle un Livre des choses quotidiennes (Gai rerum cottidianarum sive aureorum libri VII, Lenel, 1889, I, col. 251 sq.), autre manuel plus détaillé que les Institutes du même auteur (malgré sa transmission fragmentaire) et destiné aux praticiens du droit (plutôt qu’aux étudiants) ; le titre en a été repris par quelques ouvrages à l’époque moderne. Si l’on excepte ces titres, les ouvrages ou les collections associant droit et quotidien apparaissent principalement dans la deuxième moitié du xixe siècle.

(Source : Cahiers Jean Moulin)  

11 October 2018

LECTURE SERIES: "Conférences de droit Romain - Cycle 2018-2019" (Université Paris Descartes)




The Université Paris Descartes announced the programme for its lecture series on Roman law during the academic year 2018-2019

Where:

Paris, Université Paris Descartes, Law faculty, Salle des Actes, 10, Avenue Pierre Larousse, Paris

Programme :

LUNDI 28 JANVIER 2019
M. Martin SCHERMAIER, Professeur à l’Université de Bonn
Qui était l’auteur des Res cottidianae ?
LUNDI 25 MARS 2019
Mme Francesca LAMBERTI, Professeur à l’Università del Salento
Techniques de rédaction des «lois publiques» entre la République et le Principat.
Renvois, dispositions tralacites, dispositions arrangées
LUNDI 1er AVRIL 2019
M. Stéphane BENOIST, Professeur à l’Université de Lille
Les noms du prince et leur portée : titulature impériale et expressions
des pouvoirs normatifs des empereurs romains
MARDI 9 AVRIL 2019
Mme Elisabetta TODISCO, Professeur à l’Università degli Studi di Bari Aldo Moro
De l’étymologie à la politique. Varron face à la crise de la République

More information here

LECTURE: “1848: Eine gescheiterte Revolution?” – Professor Christopher Clark (Max Planck Institute for European Legal History, 17 October 2018)



We learned of a lecture by Cambridge’s Professor Christopher Clark at the MPI for European Legal History.

17. Oktober 2018, 20 Uhr
IG-Farbenhaus, Eisenhower Rotunde
Norbert-Wollheim-Platz 1, Frankfurt a.M.
Anschließend Empfang

Die 1848er Revolution wird traditionell als gescheitert angesehen. Weder entstand ein deutscher Nationalstaat, noch wurde eine liberale Verfassungsordnung eingerichtet. Im größeren Zusammenhang der deutschen und europäischen Geschichte wird dieses Scheitern häufig als einer der Gründe für Deutschlands vermeintlichen Sonderweg betrachtet. „The year 1848“, schrieb der große britische Historiker G.M. Trevelyan, „was the turning point at which modern history failed to turn“.

Dieser Vortrag untersucht die Auswirkungen der 1848er Revolution auf die Regierungs- und Verwaltungsordnungen der europäischen Staaten und möchte so das Bild von der gescheiterten Revolution revidieren. Er argumentiert, dass die 1850er Jahre keine Ära der Reaktion, sondern der Innovation waren. Sie markierten nach der Napoleonischen Ära die zweite große staatliche Modernisierungswelle des neunzehnten Jahrhunderts. Diese war gekennzeichnet zum Beispiel durch das Entstehen neuer technokratisch-orientierter Koalitionen der politischen Mitte, die Einbindung zivilgesellschaftlicher Organe in den politischen Prozess und fundamentale Neuerungen im Informationsmanagement der Regierungen gegenüber der Öffentlichkeit. All diese Veränderungen hatten ihre Wurzeln in der 1848er Revolution und vollzogen sich nicht in einem nationalen, sondern einem europäischen Rahmen. Wir können sie deshalb nur verstehen, wenn wir das volle Spektrum staatlichen Handelns in ganz Europa berücksichtigen und die 1848er Revolution als ein genuin europäisches Ereignis verstehen. Nehmen wir diesen Blickwinkel ein, erkennen wir, dass die 1848er Revolution keineswegs gescheitert ist, sondern in vielerlei Hinsicht ein nachhaltiger Erfolg war.

More information here

10 October 2018

BOOK: Ian WARD, Writing the Victorian Constitution [Palgrave Modern Legal History] (London: Palgrave, 2018). ISBN 978-3-319-96675-5, 63,59 €

(Source: Palgrave)

Palgrave is publishing a book on four key texts of English constitutional law (Edmund Burke’s Reflections on the Revolution in France, Lord Macaulay’s History of England, Walter Bagehot’s The English Constitution and Albert Venn Dicey’s Introduction to the Study of the Law of the Constitution)

ABOUT THE BOOK

 This book charts the writing of the English constitution through the work of four of the most influential jurists in the history of English constitutional thought—Edmund Burke, Thomas Babington Macaulay, Walter Bagehot and Albert Venn Dicey. Stretching from the French Revolution to the death of Queen Victoria, their writing is both representative of and formative to the Victorian constitution. Ian Ward traces how constitutional writing changed over the course of the long nineteenth century, from the poetics of Burke and the romance of Macaulay, to the pragmatism of Bagehot and the jurisprudence of Dicey. A century on, our perception of the English constitution is still shaped by this contested history.

ABOUT THE AUTHOR

Ian Ward is Professor of Law at Newcastle University, UK. He has written a number of books on related areas of English legal and constitutional history, including most recently Sex, Crime and Literature in Victorian England (Hart, 2014) and Law and Brontës (Palgrave, 2012).

More information here

CONFERENCE: Grotius on Contract and Force (Leuven: KULeuven, 15-16 NOV 2018)


(image source: goodreads)   

Legal Theory and Doctrine in Grotius’s De Jure Belli ac Pacis
Grotiana Conferences for the Preparation of the Quattrocentenary of De Jure Belli ac Pacis

GROTIUS ON CONTRACT AND ON FORCE
Organised by the Department of Roman Law and Legal History, University of Leuven
Auditorium Zeger Van Hee, Tiensestraat 41, B 3000 Leuven


PROGRAMME

Thursday, 15 November 2018: Grotius on Contract
Convener: Wim Decock

12.00-13.00                Registration and Lunch

13.00-13.30                Opening Session
Welcome by Randall Lesaffer
Introduction by Wim Decock

13.30-15.30                Suarez and Grotius
MARK SOMOS (Max Planck Institute for Comparative Public Law and International Law)
Suárez v Grotius: James Brown Scott’s Enduring Revival
SYDNEY PENNER (Asbury University)
Grotius and Suárez on Natural Law
ORAZIO CONDORELLI (University of Catania)
"Grotius' Doctrine of Alliances with Infidels and the Idea of Respublica Christiana"
FRANCESCA IURLARO (Ludwig Boltzmann Institute of Neo-Latin Studies)
The ‘Fate’ of Legal Voluntarism: Suárez and Grotius Reading Alexander of Aphrodisias on Fate and Free Will

15.30 – 16.00             Coffee Break

16.00 – 18.00             Grotius on Consent, Contract and the Polity
GIOVANNI CHIODI (University of Milano-Bicocca)
Jus Commune Origins of Grotius’ Contract Law
PAOLO ASTORRI (KU Leuven)
Grotius’ Contract Theory: Between Moral Theology and Natural Law
SÖREN KOCH (University of Bergen)
The Reception of Grotius’ Contract Law in Scandinavia
CHRISTOPH ASTUMPF (University of Halle)
Consent and the Ethics of International Law - Revisiting Grotius’ System of States in a Secular Setting

18.00 – 18.30             Grotius on the Use of Force: Perfect War
                                   VALENTINA VADI (Lancaster University)
Gentili on the Use of Force and the Early Modern law of Nations

Friday, 16 November 2018: Grotius on the Use of Force
Conveners: Viktorija Jakjimovska and Randall Lesaffer

9.00 – 10.30               Grotius on the Use of Force: Perfect War [continued]
CAMILLA BOISEN (New York University Abu Dhabi)
Grotius and Humanitarian Intervention
AGATHA VERDEBOUT (Université Catholique de Lille)
Grotius’s Impact on the 17th, 18th and 19th Centuries
GUGLIELMO VERDIRAME (King’s College London)
Is Grotius's Idea of Perfect War Relevant to International Law today?
           
10.30 – 11.00             Coffee Break

11.00 – 13.00             Grotius on the Use of Force: Imperfect War
PHILIPPINE VAN DEN BRANDE (KU Leuven)
The Pre-Grotian Development of Reprisals

RANDALL LESAFFER (Tillburg University/KU Leuven)
Reprisal in the Grotian System
ROTEM GILADI (University of Helsinki)
A Corporate History of the Laws of War: Corporate Belligerency from Grotius to the Delegation Theory
TOM RUYS (University of Ghent)
                                   Grotius on Self-Defence and Defensive War: A Contemporary Perspective

13.00 – 14.00             Lunch

14.00 – 16.00             Grotius on the Use of Force: Internal Strife and War
DANTE FEDELE (KU Leuven/Université d'Artois)
Before Grotius: Some Remarks on Rebellion and Civil Strife in the Late-Medieval Ius Commune
RAYMOND KUBBEN (Associate fellow at i-Hilt Tilburg)
A Prodigy Child of the Dutch Revolt or Eighty Years’ War: Immediate ‘Precursors’ to Grotius on War and Revolt
VILLE KARI (University of Helsinki)
Hugo Grotius and the Law of Civil War in De Jure Belli ac Pacis Libri Tres  
VIKTORIJA JAKJIMOVSKA (KU Leuven)
                                   From ‘Pirates’ to ‘Belligerents’: A Post-Grotian Reading of the Debate on Enmity​


(more information here)

(source: ESILHIL Blog)