Search

Loading...

14 July 2014

DOCTORAL TRAINING PROGRAM: Legal Culture (University of Toulouse, 2014-2017)

Nomodôs announces a cycle of training and study on legal culture, specifically aimed at Ph.D.-students in law (and the humanities). More information below:

Le projet DIKE propose une recherche pluriannuelle et pluridisciplinaire sur les fondements, les contours et les contenus des droits et cultures juridiques en Europe (Antiquité – Période contemporaine). 
Animé par une équipe de chercheurs de l’Université Toulouse 1 Capitole et d’universités étrangères, il se déroulera de novembre 2014 à juin 2017. Il s’adresse en particulier aux doctorants d’histoire du droit inscrits à l’université Toulouse 1 Capitole ou dans tout autre université française et étrangère ainsi qu’à tous les autres doctorants que des approches scientifiques et méthodologiques peuvent intéresser (comparatisme juridique et historique, histoire du droit, histoire, droit privé, droit public, philosophie du droit, histoire culturelle du droit). 
Un cycle de trois ans de formation à la recherche et par la recherche autour des l’Histoire des justices en Europe. 
Un programme annuel de recherche: 
  • trois journées d’études chaque année (novembre, février, avril) 
  • une semaine doctorale (fin juin-début juillet) 
Une formation doctorale: les journées d’études et la semaine doctorale sont ouvertes à tous les doctorants français ou étrangers. Elles sont prises en compte au titre de la formation doctorale de l’Ecole doctorale de Droit et Science politique de l’Université Toulouse 1 Capitole dans les conditions suivantes : 25 heures pour les participants aux journées d’études et à la semaine doctorale (journée d’études = 12 heures ; semaine doctorale : 13 heures) et 3 heures pour chacune des journées d’études pour les auditeurs. 
Des rencontres interactives: Les différentes activités proposées permettent d’inviter des professeurs et doctorants français et étrangers à discuter de leurs écrits et de leurs travaux en cours, présenter des sources, établir des bilans historiographiques, réfléchir à des éléments méthodologiques et épistémologiques ou encore dégager des perspectives de recherches. L’approche se veut résolument diachronique et comparatiste. 
Une valorisation des travaux par une publication collective annuelle. 
Une inscription obligatoire et validée au titre de la formation doctorale ou professionnelle. 

PROJET: 
Le projet DIKE consiste en une recherche pluriannuelle et pluridisciplinaire sur les fondements, les contours et les contenus des cultures juridiques européennes, contemporaines et modernes. Animé par une équipe de chercheurs de l’université Toulouse 1 Capitole et d’universités étrangères, il débutera, de façon opérationnelle, à partir d’octobre 2014 et portera pendant ses trois premières années d’existence sur le thème de l’Histoire des justices en Europe. 
Au-delà de sa dimension «Recherche» évidente, fondée notamment sur la pluralité des approches scientifiques et méthodologiques (comparatisme juridique et historique, histoire du droit, histoire, droit privé, droit public, philosophie du droit, histoire culturelle du droit, études de «toutes» les justices), ce projet se caractérise également par une très forte ambition de formation, en particulier destinée aux doctorants d’histoire du droit inscrits à l’université Toulouse 1 Capitole ou dans tout autre université française et étrangère ainsi qu’à tous les doctorants (en droit privé, droit public, science politique, droit européen, international et comparé, littérature, etc.) qu’une approche fondamentale de la justice intéresse. Dikè constitue donc pour l’ensemble de ces jeunes chercheurs, une formation à la recherche et par la recherche à partir d’un questionnement portant sur les droits et cultures juridiques en Europe (Antiquité – Période contemporaine). Il s’adresse également aux professionnels du droit (magistrats, avocats, etc.) au titre de la formation professionnelle continue ou dans la perspective d’un échange scientifique entre universitaires et praticiens. 
Le projet Dikè permet de nouer et développer des partenariats avec des universités étrangères. Constitué en réseau international, il a vocation à dédoubler à l’étranger les journées d’études et à réunir à Toulouse les doctorants et enseignants-chercheurs français et étrangers au cours de la semaine doctorale. 
Sur la base d’un programme thématique d’une durée de trois ans, le projet Dikè invite des enseignants-chercheurs, des doctorants et de jeunes docteurs français et étrangers à présenter leurs propres réflexions, leurs lectures et, éventuellement, à discuter de leurs écrits ou travaux en cours. Chaque programme annuel s’articule de la façon suivante: trois journées d’études et une semaine doctorale sur le thème retenu pour l’année, déclinant lui-même le thème choisi pour les trois ans. Les journées d’études réunissent un nombre limité d’intervenants enseignants-chercheurs et privilégient l’échange scientifique avec les doctorants préparés à la rencontre par l’équipe organisatrice locale. La semaine doctorale a vocation à réunir chaque année à Toulouse l’ensemble des publics participants, français et étrangers. Elle permet aux doctorants, accompagnés par les chercheurs confirmés impliqués dans le projet, d’éprouver différents exercices pratiques et théoriques : analyse et maniement des sources, établissement de bilans historiographiques, présentation de communications, réflexions épistémologiques et méthodologiques, discussions avec les auteurs, etc. 
Le premier thème triennal est celui de l’Histoire des justices en Europe. La première année portera sur les fondements, symboles et représentations. Le colloque inaugural de novembre 2014 sera plus précisément consacré aux aspects épistémologiques et méthodologiques permettant de poser les attentes de chercheurs reconnus d’histoire de la justice, d’histoire comparée, de droit international et d’un juge international. 
Une valorisation des travaux est prévue en lien avec le site internet du CTDHIP ainsi que la création d’une collection spécialement consacrée à ces travaux pionniers en histoire comparée du droit et des institutions (publication annuelle des communications et échanges issus des journées d’études). A l’issue du cycle de trois ans, un colloque international et une publication collective originale clôtureront le premier programme triennal. 
Porteurs du projet DIKÈ 
  • Ludovic Azéma, MCF Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Caroline Cabée, MCF Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Lycette Corbion, MCF Droit privé, IDETCOM, UT1 Capitole 
  • Béatrice Fourniel, MCF Histoire du droit, CTHDIP, Univ. JF Champollion, Albi 
  • Florent Garnier, Pr Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Jean-Christophe Gaven, Pr Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Mathieu Soula, Pr Histoire du droit, CTHDIP, Univ. Reims 
Comité scientifique DIKÈ 
  • Martine Charageat, MCF Histoire, Bordeaux 3 
  • Jean-Louis Halpérin, Pr Histoire du droit, ENS 
  • Jacques Krynen, Pr Histoire du droit, UT1 Capitole 
  • Wanda Mastor, Pr Droit public, UT1 Capitole 
  • Tomás de Montagut, Pr Histoire du droit, universitat Pompeu Fabra 
  • Francesco Aimerito, Pr Histoire du droit, universita degli studi del Piemonte Orientale 
  • Ludovic Azéma, MCF Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Caroline Cabée, MCF Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Lycette Corbion, MCF Droit privé, IDETCOM, UT1 Capitole 
  • Béatrice Fourniel, MCF Histoire du droit, CTHDIP, Univ. JF Champollion, Albi 
  • Florent Garnier, Pr Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Jean-Christophe Gaven, Pr Histoire du droit, CTHDIP, UT1 Capitole 
  • Mathieu Soula, Pr Histoire du droit, CTHDIP, Univ. Reims 
Membres associés DIKÈ 
Les enseignants-chercheurs étrangers qui souhaitent, dans le cadre de leur laboratoire et en partenariat avec le CTHDIP, organiser dans leur université d’origine une ou plusieurs «Journées d’études Dikè» peuvent demander aux porteurs du projet le statut de «membre associé». Les thèmes de ces journées d’études sont nécessairement les mêmes que ceux des journées toulousaines et préparent les doctorants étrangers à leur participation à la semaine doctorale européenne organisée à Toulouse. Le statut de membre associé est accordé à tout moment du cycle triennal par les porteurs du projet et jusqu’à son terme. 
Publics: 
  • Doctorants en histoire du droit 
  • Doctorants en droit privé, droit public, science politique 
  • Doctorants en lettres ou sciences humaines et sociales 
  • Professionnels du droit et de la justice 
*Les journées d’études et la semaine doctorale sont ouvertes à tous les doctorants français ou étrangers. Elles sont prises en compte au titre de la formation doctorale de l’Ecole doctorale de Droit et Science politique de l’Université Toulouse 1 Capitole dans les conditions suivantes: 25 heures pour les participants aux journées d’études et à la semaine doctorale (journée d’études = 12 heures ; semaine doctorale : 13 heures) et 3 heures pour chacune des journées d’études pour les auditeurs. 
Inscriptions sur HTTP://CTHDIP.UT-CAPITOLE.FR/ à partir du 1er juin et jusqu'au 30 septembre 2014
Déroulement 
  • Conférence inaugurale (1h à 1h30) + Débat: par un collègue français ou étranger sur le thème retenu
  • Operatorium: présenter des sources, établir des bilans historiographiques, réfléchir à des éléments méthodologiques et épistémologiques ou encore dégager des perspectives de recherches 
  • Lectio / Quaestio: à partir d’un ouvrage ou d’écrits d’un enseignant-chercheur et en sa présence, discussion de ses écrits et de ses travaux en cours (programme de lecture annoncé en amont du Séminaire pour que les participants puissent préparer la discussion) 
  • Disputatio: présentation de travaux en lien avec la thématique du Séminaire par des doctorants ou de jeunes docteurs et un contradicteur (soumission des travaux en amont du Séminaire)

No comments: